Return to Looking for info about the Jacques-Cartier, specifically…

Reply To: Looking for info about the Jacques-Cartier, specifically…

Home Page Forums Boater Board Looking for info about the Jacques-Cartier, specifically… Reply To: Looking for info about the Jacques-Cartier, specifically…

#18179
Open Gate
Participant

Actually I just cut and pasted the Tewkesbury section of the Myosis site, it’s all in French but everything is there.

There you go !

Les deux kilomètres de rapides les plus impressionnants de la région de Québec. Réservée aux experts par hautes eaux, cette descente est cependant accessible à eau basse aux intermédiaires bien encadrés : les principaux rapides sont entrecoupés de planiols. C’est une des rares descentes accessibles tout l’été dans la région, même en période de grande sécheresse.
À Tewkesbury, la Jacques-Cartier coule dans une vallée large et majestueuse qui a encore conservé son caractère agricole; quelques vieilles fermes et une vieille école témoignent de l’époque de la colonisation. Le panorama de la vallée, vers l’amont à partir de la halte provinciale, est particulièrement majestueux. Les plus beaux rapides demeurent cependant invisibles aux non-initiés.

CARACTÉRISTIQUES

Difficulté: expert Cotation: R-I -IV (5)

Longueur: 6 km Durée: 2-4 hrs

Navette: 6 km Portage: 0 – 4

Largeur: 15 – 30 m Profil-type: discontinu

D̩bit id̩al: moyen Рbas
(août – octobre) Carte routière:

Bassin versant: 1 740 – 1 830 km² Station et pondération: 050801 * 1

Panorama: *** Intérêt: *****

ACCÈS

Mise à l’eau : Le départ se fait au pont, 1,5 km en amont de l’église de Tewkesbury. À quelque 200 mètres en aval du pont, sur la rive droite, il existe un excellent stationnement. Au bout de cette route, on peut reconnaître les deuxième et troisième rapides.

Fin de parcours: On peut terminer la descente lorsque la route 371 rejoint la rivière, là où se trouvent les premiers chalets. Dans un virage à angle droit, sur le chemin de l’arrivée, un chemin de terre (avec barrière) conduit à une ancienne carrière d’où l’on peut voir les deux derniers rapides.

DESCRIPTION Guide Fortin

Le premier rapide donne un avant-goût de la descente à venir : s’il n’est constitué que d’un train de vagues profondes, c’est que l’eau est haute et qu’il faudra se méfier de la suite. Si au contraire c’est un rapide (R-3) à forte dénivellation, passablement encombré, c’est que l’eau est basse.
Le deuxième rapide (R-4) suit dans le virage, c’est le virage des Frangins, baptisé ainsi pour rappeler le surnom des frères Lefauconnier (compétiteurs français champions du monde en C2 de critérium 1971-1973) qui y ont laissé un bateau en 1973, ayant négligé d’y mettre des sacs de pointe. Ils avaient tenté de négocier le virage à l’extérieur mais se sont retrouvés inopinément en chandelle arrière. Après une reconnaissance attentive, le pagayeur expérimenté se tiendra au centre. Les dessalages dans ce virage sont assez fréquents.
Le troisième rapide (R-4), précédant le Chapeau melon, exige aussi une reconnaissance préalable. Il comporte deux seuils brusques en chicane, qui imposent quelques manoeuvres pour un alignement optimal. Puis vient le “Chapeau melon” : un immense rocher arrondi, au centre de la rivière offre un gros coussin à eau haute. Le seuil suivant forme un portefeuille qui se transforme à eau haute, en un immense rouleau barrant presque toute la rivière.
Le cinquième rapide, le Hache-viande, est le plus long et le plus difficile à eau moyenne/haute (R-5); car il faut éviter au début un rouleau à rappel formant une barrière à droite, puis revenir vers la droite pour le reste du rapide afin d’éviter la petite chute à gauche sur la fin. Le rapide qui enchaîne dans le virage vers la droite est plus facile (R-3). Il se termine par une jolie veine qui débouche dans le Défilé des marmites, une gorge majestueuse dont les murs verticaux ont été polis par des siècles d’érosion. La rivière s’élargit et forme un petit lac providentiel pour le repêchage de pagaies à la dérive.
Le septième rapide (R-3-4) est plus court, il se négocie aisément à gauche. On retrouve sur la droite soit un seuil à rappel soit un trou écumeux, suivant le débit. Le dernier rapide important comporte une île au centre qui constitue un excellent point de reconnaissance. On retrouve à gauche une chute de deux mètres, et à droite une sorte d’escalier formé de petits seuils très manoeuvriers (R-4) qu’il est difficile d’enfiler sans stopper.

Les présentes données vous sont offertes à titre d’information. Myosis.ca et ses employés n’offrent aucune garantie quant à leur exactitude et n’assument aucune responsabilité quant à leur utilisation, et ce, pour quelque motif que ce soit.

Ne vous aventurez pas sur une rivière seul et suivez un cours auprès d’une école reconnue de canoë/kayak.